ACCUEIL
INFOS PAROISSE
ARTICLES
SERVICES
REPORTAGES
OFFICES
REUNIONS
NOS EGLISES
INFOS DIOCESE
CONTACT
LIENS
Css Menu Generator by Vista-Buttons.com v4.3.0


UZEIN

Présentation du patrimoine de l’église St Germain d’Uzein

  • Un peu d'histoire
  • Paroisse actuelle
  • Rénovation des tableaux (1)
  • Rénovation des tableaux (2)
  • Chappelle Sainte-Anne

Uzein est une des rares communes à avoir été bâtie au milieu des anciens marais du Pont Long. Ces Landes marécageuses couvertes de Touyas étaient utilisées en pacage d’hiver depuis des temps immémoriaux par les bergers d’Aspe et d’Ossau.

De l’époque préhistorique, il nous reste quelques tumulus sur le village d’Uzein et ses environs. Le plus visible se situe à gauche de la route d’Uzein à Bougarber entre la route du lac et la route de Sault de Navailles.

 De l’occupation romaine, il nous reste les grandes voies rectilignes de circulation, par exemple le chemin Morlané.

Pendant des siècles, les habitants d’Uzein réussirent, soit par des procès, soit par la force, à maintenir leurs privilèges pour enfin obtenir du gouvernement en 1837, des titres de propriété sur une partie de ces landes.

Les habitants restèrent longtemps confinés sur un territoire restreint, les Ossalois les empêchant d’étendre leurs terrains de culture. Ils avaient seulement des droits de pacage sur la lande qui restait en libre parcours. En 1101, Uzein était une annexe de Caubios et appartenait aux évêques de Lescar. En 1385, Usenh (orthographe jusqu’à la fin du XVIIIe siècle) se composait de 15 foyers, la commune devait fournir deux soldats à la Compagnie de Morlaàs. Le territoire était déjà réputé riche par l’élevage et le soutrage qui permettait d’apporter une bonne fumure aux terres.

En 1668, la seigneurie appartenait à Guillaume de Salinis, Seigneur de Doazon. Il la vendit le 20 juillet de la même année à Jérôme Day, marchand à Pau.

Les historiens ne signalent aucun fait marquant jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dans quelques documents, les habitants d’Uzein sont désignés sous le sobriquet de « Grabassès d’Usenh », du mot graba = boue, bien sûr très présente dans ces zones marécageuses.

Les premiers pèlerins qui se rendaient à St Jacques de Compostelle empruntèrent ces voies romaines surtout quant il y avait à proximité des fontaines et la « houn de sen Germe » à Uzein était signalée sur ces itinéraires.

 En 1482, la « Houn de Sen Germe » est mentionnée sur un acte notarié de la notairie de Larreule. Cette fontaine « est à cent mètres de l’église, au bord du Bruscos ». Les habitants des communes voisines (Caubios, Loos, Aubin, Momas, Lareulle) se joignaient en procession à ceux d’Uzein pour faire bénir leurs troupeaux le 31 Juillet, jour de la fête de Saint Germain. Ces processions prirent fin vers 1930 environ. L’attraction qu’elles suscitent est sans doute à l’origine de la construction au 16 e siècle de l’église Saint Germain, rendue nécessaire lorsque les sanctuaires voisins ne suffisent plus (Lespiau, Saint Martin de Loos, Abbaye de Larreule).

 Sur une carte dressée par le géographe du roi en 1696, la village d’Uzein ne figure toujours pas.

 Ce n’est qu’en 1760, sur une carte dite de « Cassini » commandée par Louis XV que nous pouvons voir représenté notre village.

Mais c’est à partir de 1807, sur le cadastre Napoléonien, qu’est représentée précisément notre église. Nous pouvons remarquer qu’elle comprend une nef centrale et un seul bas côté au sud (ce plan confirme la découverte récente, qui a été faite au cours de la restauration de l’église, d’une arche en maçonnerie de briques et remplissage en galets sur la façade sud. Cette arche pouvait contenir une entrée latérale). Ce bas côté sert de chapelle funéraire à la famille de Pargade, seigneur de Bougarber domicilié à Uzein qui faisait partie au XVIIIe siècle de l’ordre militaire de Saint-Louis. (voir peinture au plafond du cœur et deuxième patron de la paroisse) (N° 21 du bulletin de liaison des « Amis des vieilles Pierres de Lescar ») (voir carte).

 C’est à partir de 1829, date d’ouverture du registre du conseil de fabrique par l’abbé Dominique Garret que nous avons tous les renseignements sur l’évolution des travaux de notre église.

Ordre chronologique de ces travaux

  • 1837 – Erection d’un chemin de Croix.
  • 1857 – Bénédiction de la nouvelle église agrandie (Sans doute construction du bas côté Nord).
  • 1858 – Construction du clocher en harmonie avec la nouvelle église.
  • 1866 – Achat et réinstallation d’un nouveau Chemin de Croix.
  • 1868 – Acquisition des tableaux de l’Ascension et de l’Assomption.
  • 1870 – Acquisition et installation des deux vitraux du chœur de St Pierre et St Paul, réalisés par le maître-verrier Mauméjan de Pau.
  • 1885 – Don et acceptation du don par Monsieur Emile Garet, neveu de l’abbé, du presbytère et de ses dépendances, à la paroisse d’Uzein

Eglise paroissiale entourée du cimetière

Construction de l’église primitive : XVI ème siècle

Agrandissement par la construction du bas côté Nord et du clocher : 1857 / 1858

Il s’agit d’une église à nef centrale ouvrant sur les deux bas côtés par trois arcades en plein cintre et prolongée à l’Ouest par un clocher porche.

Le gros œuvre est en galets, les encadrements en pierre de taille. La toiture en long pans est recouverte d’ardoises

La voûte intérieure est dite en anse de panier

Les deux vitraux du chœur sont signés Mauméjean et datés de 1870.

les autres vitraux sont signés P. Arcencam et datés de 1930.

 

 

Uzein possède une petite chapelle (Sainte-Anne) à Sarrance.

Chapelle remontant à l'époque où les troupeaux d'Uzein allaient à Sarrance pour les Estives

Les habitants sont très attachés au pèlerinage de Sainte-Anne qui a lieu tous les ans