ACCUEIL
INFOS PAROISSE
ARTICLES
SERVICES
REPORTAGES
OFFICES
REUNIONS
NOS EGLISES
INFOS DIOCESE
CONTACT
LIENS
Css Menu Generator by Vista-Buttons.com v4.3.0

 

 

 

MARCHE POUR LA VIE - A PARIS
19 JANVIER 2014, 14H
PLACE DENFERT-ROCHEREAU
PARIS 13EME

1.       Année 2013, année de la « manif pour tous »

2013 restera gravée dans les mémoires comme l’année d’une mobilisation citoyenne sans précédent autour des questions sociétales relatives à la vie et à la famille. Près de deux millions de pétitions signées, dont 100 000 de France, dans le cadre de l’initiative citoyenne européenne « one of us », pour la protection de l’embryon. 700 000 pétitions déposées au CESE contre le projet de loi de « mariage pour tous ». Des centaines de milliers, voire des millions de manifestants à Paris les 13 janvier, 24 mars et 26 mai contre la loi Taubira et pour la famille fondée sur l’union stable d’un homme et d’une femme, garante de la filiation. Sans doute, on peut à bon droit être frustré devant l’inefficacité apparente de cette mobilisation : pétitions déclarées irrecevables, manifestants traités par le mépris, violences policières, gouvernement sourd au cri de tout un peuple ! On pourrait même être tenté de se démobiliser, d’autant que l’on annonce la discussion prochaine d’un projet de loi sur la fin de vie, incluant la promotion du suicide assisté, sur la base d’une consultation populaire reposant sur un panel de … 18 citoyens triés sur le volet !

Pourtant, les résultats ne manquent pas : la PMA et la GPA ont été retirés du projet … mais pour combien de temps ? La pétition « one of us » a permis la mise en échec de la résolution Estrela au parlement européen… Le plus important demeurant le sursaut des consciences : quand le bon sens est offusqué, il se réveille et se manifeste. Et on a gardé une attitude pacifique, on ne s’est pas laissé aller à la stigmatisation de quiconque, on n’a pas revendiqué pour des intérêts particuliers, on a manifesté pour le Bien commun, ce Bien que l’on doit rechercher en commun et qui garantit la dignité de toute personne humaine sans exception, à commencer par la plus faible et la plus fragile : l’enfant à naître ou déjà né, la personne porteuse d’un handicap ou en fin de vie.

On s’est surtout mobilisé pour la famille et l’on doit continuer à se mobiliser, tant les enjeux demeurent entiers en 2014, avec la discussion prochaine d’un projet de loi famille aux conséquences funestes annoncées.

 

2.       La dignité de la vie humaine

Mais la question de la dignité et de l’inviolabilité de la vie humaine revient sur le devant de la scène, avec un projet de loi qui sera présenté au Parlement à partir du 20 janvier : il s’agit, sous prétexte d’égalité entre les hommes et les femmes, de faciliter coûte que coûte le recours à l’avortement. Preuve de la crainte de certains organismes et lobbies devant la défection croissante de personnels de santé et de médecins, mais aussi devant la prise de conscience qui s’exprime davantage dans l’opinion publique face à l’augmentation alarmante des avortements chez les mineures ou à la multiplication des traumatismes post-avortement…   Tandis que la loi Veil prévoyait de dépénaliser l’interruption volontaire de grossesse, pour cause de « détresse de la femme », on propose aujourd’hui de remplacer cette clause par la reconnaissance d’un véritable droit de la femme à recourir à l’avortement si « elle ne veut pas poursuivre sa grossesse ». En outre le projet de loi prévoit une extension du délit d’entrave à l’avortement, en particulier quant à l’information, déjà votée au Sénat le 17 septembre dernier en catimini ; c’est aussi la liberté d’expression qui est une fois de plus gravement remise en question : toute déclaration publique dénonçant le drame de l’avortement pourrait faire l’objet d’une sanction pénale.

Nous vivons un véritable tournant culturel, et par la détermination idéologique de ce gouvernement, et par la nouvelle prise de conscience qui se fait jour autour de la dignité de la vie humaine. Les évêques de France ne viennent-ils pas de se saisir de la question en constituant un groupe de travail sur « le phénomène social de l’avortement et ses conséquences pour l’éducation des jeunes » ? Et Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, n’a-t-il pas alerté l’opinion publique dans  son message de Noël et du Nouvel an en affirmant : « Je pense encore à ce projet de modification de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse qui loin de permettre aux femmes en détresse d'être laissées moins seules devant leur responsabilité face à la vie naissante sont quasiment incitées à ne se poser aucune question quant à l'élimination de l'être qu'elles portent en leur chair » ?

Le contexte est d’autant plus favorable à la poursuite de la mobilisation que l’Espagne est en train de revenir sur la loi légalisant l’avortement et que les mouvements Pro-Vie récoltent aux Etats-Unis les premiers fruits de leur combat de trente ans, à travers le revirement sensible de l’opinion publique ! La culture de mort est un colosse aux pieds d’argile qui commence à vaciller !

3.       La marche pour la vie 2014 

C’est la raison pour laquelle, pour ma part, je donne la priorité à la Marche pour la vie du 19 janvier. J’y serai et j’invite tous ceux qui le décideront en conscience à se mobiliser pour cette manifestation prévue de longue date et qui s’était effacée, en 2013, devant la Manif pour tous, pour faire droit à l’urgence du moment. Je ne doute pas que beaucoup de ceux qui ont marché pour la famille en 2013 saisiront l’occasion de marcher pour la vie, le 19 janvier prochain.

Marcher pour la vie, c’est défendre les enfants à naître, qui sont les plus sans défense et innocents de tous. Le Pape François l’a rappelé avec force dans son exhortation apostolique La joie de l’Evangile : « On veut (leur) nier aujourd’hui la dignité humaine afin de pouvoir en faire ce que l’on veut, en leur retirant la vie et en promouvant des législations qui font que personne ne peut l’empêcher. Fréquemment, pour ridiculiser allègrement la défense que l’Église fait des enfants à naître, on fait en sorte de présenter sa position comme quelque chose d’idéologique, d’obscurantiste et de conservateur. Et pourtant cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement. Elle est une fin en soi, et jamais un moyen pour résoudre d’autres difficultés » (n. 213). Et d’ajouter : « Précisément parce qu’il s’agit d’une question qui regarde la cohérence interne de notre message sur la valeur de la personne humaine, on ne doit pas s’attendre à ce que l’Église change de position sur cette question. Je veux être tout à fait honnête à cet égard. Cette question n’est pas sujette à de prétendues réformes ou à des “modernisations”. Ce n’est pas un progrès de prétendre résoudre les problèmes en éliminant une vie humaine » (n. 214).

Marcher pour la vie, c’est aussi prendre le parti des femmes qui sont souvent mise contre leur gré dans l’obligation de mettre fin à la vie de leur bébé, sous la pression du milieu et parce qu’il leur semble, vu leur contexte humain et social, impossible d’accueillir leur enfant. Selon un sondage IFOP-Alliance Vita de février 2010, pour 61% des Françaises, « il y a trop d'avortements dans notre pays » ; pour 83%, « l'avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre pour les femmes » ; pour 60%, « la société devrait davantage aider les femmes à éviter le recours à l'IVG ». Nous ne pouvons pas ignorer ces situations de détresse et nous devons tout mettre en œuvre pour offrir aux femmes confrontées à ce drame un accompagnement humain et spirituel digne de ce nom.

Je confie au Seigneur, par l’intercession de Notre Dame de la Vie, cette grande cause nationale et implore sa bénédiction sur tous ceux qui participeront à la Marche pour la Vie du 19 janvier 2014.


+ Marc Aillet, Evêque de Bayonne, Lescar et Oloron